DOCUMENTS

La déposition, Pascale Robert-Diard : un secret lourd à porter

30 novembre 2018
booksnjoy - La déposition, Pascale Robert-Diard - maurice agnelet - agnes le roux - secret

Quelle est l’attitude idéale à adopter lorsque votre père vous confie que « de toute façon, tant qu’ils ne retrouvent pas le corps, je suis tranquille. […] Et moi, le corps, je sais où il est. » ? En 2014, après plus de trente ans de louvoiements, l’affaire Maurice Agnelet trouve son épilogue. L’accusé écope de vingt ans de réclusion criminelle pour avoir assassiné sa maîtresse. Agnès Le Roux, une jeune héritière de casino, disparue dans des circonstances troubles. À l’époque, l’affaire défraie la chronique, les langues se délient et les proches de Maurice Agnelet s’entendent à décrire un homme diabolique, doté d’un charisme tel qu’il vous ensorcelle. Toutefois, l’affaire reste auréolée de mystère, puisque les preuves attestant formellement de l’implication de Maurice Agnelet tendent à manquer. Si dans les premiers temps, Guillaume, le fils cadet, défend farouchement son père. Niant avec obstination sa culpabilité. En 2014, la saga judiciaire connaît un revirement de situation. Appelé à la barre, Guillaume Agnelet change radicalement de discours. Il devient le bourreau de son propre père. Son témoignage est accablant. Que s’est-il passé ? C’est ce que Pascale Robert-Diard tente d’expliquer en revenant sur la déposition qui a tout fait basculer. La chroniqueuse judiciaire du Monde remonte le fil d’une histoire familiale retorse. Elle livre une enquête d’où émerge la personnalité complexe d’un homme narcissique et manipulateur. Un séducteur refusant que ses charmes ne cessent d’opérer, allant jusqu’à briser ceux qui tentent de lui échapper. Guillaume a vécu pendant des années sous l’emprise de son père. En sortant du silence, il met non seulement fin au mutisme dans lequel il s’était muré, et qui avait fini par l’empoisonner, mais surtout il rétablit la vérité et récupère sa liberté. La journaliste décrit très justement la force des liens invisibles qui maintiennent prisonnier. La difficulté de s’en libérer. Ainsi que le conflit intérieur qui ronge le fils cadet, partagé entre son devoir filial et sa conscience morale.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply