ROMANS

État de nature, Jean-Baptiste de Froment : les coulisses du pouvoir français

24 mars 2019
etat-de-nature-jean-baptiste-de-froment-france-pouvoir-politique

La nature a horreur du vide. Alors quand la Présidente de la République, surnommée « la vieille », rempile pour un troisième mandat, les vautours sentent le vent tourner. La succession s’organise. Il faut préparer le terrain au candidat qui saura raffermir tout ça. Claude est l’homme pressenti. Le second de l’Administration, un homme de cabinet, technocrate habitué à manœuvrer dans l’ombre. C’est son heure, il le sent. Il en a suffisamment soupé d’être constamment le second, à cirer les pompes et à faire le dos rond. Entouré de sa garde rapprochée, tous issus du même moule et biberonnés au culte de la personnalité, il se lance à l’assaut de la Présidence. Comme toute mécanique bien huilée, qu’un grain de sable vient enrayer, l’arsenal de politiciens dont s’est entouré Claude n’a pas su prévenir l’engouement suscité par Barbara Vauvert. La jeune préfète de la Douvre intérieure vient d’être limogée. En peu de temps elle avait su se faire aimer. Par son sens de l’écoute et son dévouement, elle s’était démarquée des promesses fumeuses faites par ses prédécesseurs. Des politiciens déconnectés de la réalité dont les dents rayent le parquet. Malgré quelques facilités, Jean-Baptiste de Froment croque un portrait de la France ressemblant. État de nature c’est la lutte acharnée que se livrent un vieux de la vieille accroché au pouvoir telle une moule sur son rocher et une jeune femme tout feu tout flamme cristallisant tous les espoirs. Même si ses détracteurs voient dans ses origines modestes un story-telling brillamment orchestré. L’auteur décrit l’immobilisme politique, la reproduction d’une élite parisienne, certes érudite, mais inapte à se projeter au-delà de soi. Toute ressemblance avec l’actualité ne serait être que fortuite… La France est un monstre bicéphale installée sur une poudrière, frôlant l’insurrection, qui se nourrit des dissensions entre Paris et le reste du pays. Dans ce premier roman, Jean-Baptiste de Froment se glisse dans les coulisses du pouvoir politique. Un tableau peu reluisant mais un roman prenant.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply