Toutes les Publications De Books'nJoy

L’étoile brisée, Nadeije Laneyrie-Dagen : une fresque historique (trop) classique ?

« Cette nuit, vous n’êtes plus juifs. C’est votre seconde naissance et vous ne venez de rien. Inventez-vous un passé, celui que vous voudrez, mais qui soit chrétien. Et ainsi vous vivrez. » En 1472, en Cantabrie, deux frères : Yehohakim Cocia, l’aîné, et Yehohanan, le cadet, doivent fuir en faisant la promesse de ne jamais chercher à se retrouver. Un pogrom s’annonce. Pour y échapper, ils endossent une nouvelle identité. Seul témoin de leur judéité : un triangle doré, une moitié de l’étoile à six branches que leur mère a dissimulée dans leur habits. Yehohakim se réinvente en Joaquín, médecin en Saxe, où il accompagnera les grandes avancées scientifiques de son siècle – notamment les premières autopsies sur cadavres effectuées dans la clandestinité. Son chemin croisera celui du jeune moine allemand Luther, initiateur de la réforme protestante. Tandis que Juan, converti, sillonnera les océans, côtoiera Christophe Colomb, cartographiera le Nouveau Monde, que les grandes puissances européennes ne tarderont pas à coloniser. Deux destins en miroir entrelaçant les grands bouleversements géopolitiques, géographiques, sociaux, religieux et artistiques de la Renaissance à travers l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la France, l’Amérique avec un crochet par l’Algérie. Forte de sa formation en histoire de l’art, spécialiste de la peinture de la Renaissance, Nadeije Laneyrie-Dagen nourrit son propos de références historiques précises, encyclopédiques. Cela, suffit-il à faire d’un roman historique dense une grande fresque épique ? Encore faudrait-il que la promesse de départ soit tenue, que les trajectoires des deux frères se répondent, convergent au fil du récit. À la page 488, où j‘ai abandonné, la perspective d’un tel dénouement peine à se dessiner. Les 150 premières pages se lisent avec curiosité, l’intrigue se pose, promet un grand roman d’aventures, des manipulations politiques, des bouleversements idéologiques, puis retombe, faute de souffle suffisant, s’étiole, se perd dans des affaires de second plan. L’étoile brisée bute sur des impasses stylistiques et narratives, se traduisant par une tentative maladroite de maquiller en roman un essai.

Mon appréciation : 3/5

Date de parution : 2021. Grand format aux Éditions Gallimard, poche chez Folio, 832 pages.

Articles en lien

booksnjoy-pal-interrail-leurope-en-train-1

Partager

Pal Interrail : l’Europe en train 🚞

Petit changement de programme, pas grave on s’adapte. Après 10 mois de tour du monde, 14 pays (Nouvelle-Zélande, Cambodge, Thaïlande, Népal, Indonésie, Corée du Sud, Japon, Canada, États-Unis, Équateur, Bolivie, Argentine, Espagne et Israël), je me lance dans un nouveau projet qui n’était absolument pas prévu : sillonner l’Europe en train et en solo. N’étant absolument pas organisée et appréciant me laisser porter, l’itinéraire n’est pas encore fixé, mais j’ai déjà une petite idée des livres qui m’accompagneront par destination. Et cette étape du voyage, je peux passer des heures à la peaufiner… Surtout que la littérature de la mitteleuropa est une de mes préférées ♥️

Et pour celles et ceux qui s’interrogent, je vais en effet porter ça sur mon dos. Chacun ses prios, Ok ? 🐢

Mon itinéraire littéraire

🇳🇱 Pays-Bas ​

La maison préservée de Willem Frederik Hermans

Le problème Spinoza d’Irvin D. Yalom

Quand tu écouteras cette chanson de Lola Lafon

 

booksnjoy-lola-lafon-quand-tu-ecouteras-cette-chanson-anne-frank-shoah

🇸🇪 Suède

La saga des émigrants de Vilhelm Moberg 

🇩🇰 Danemark

Imaqa de Flemming Jensen et Inès Jorgensen

🇩🇪 Allemagne

Seul dans Berlin de Hans Fallada

La petite-fille de Bernhard Schlink

🇵🇱 Pologne

Le pentateuque ou les cinq livres d’Isaac d’Angel Wagenstein

Je voudrais leur demander pardon mais ils ne sont plus là de Mikolaj Grynberg

Shosha d’Isaac Bashevis Singer

Aucun de nous ne reviendra de Charlotte Delbo

🇭🇺 Hongrie

La mélancolie de la résistance de László Krasznahorkai

🇷🇺 Russie

Le Rêve d’un homme ridicule et Les Nuits blanches de Fédor Dostoïevski

🇺🇦 Ukraine

Les partisans d’Aharon Appelfeld

🇦🇹 Autriche

Le mur invisible de Marlen Haushofer

 

booksnjoy-marlen-haushofer-mur-invisible-classique-feministe

 

Des arbres à abattre de Thomas Bernhard 

🇨🇿 République Tchèque

Vivre avec une étoile de Jíri Weil

⏳ L’Europe de la Renaissance de l’Espagne à l’Italie, à l’Allemagne en passant par l’Angleterre...

L’étoile brisée de Nadeije Laneyrie-Dagen

Je vous emmène dans cette aventure ?

booksnjoy-pal-interrail-leurope-en-train-2
booksnjoy-pal-interrail-leurope-en-train-5
booksnjoy-pal-interrail-leurope-en-train-4
booksnjoy-pal-interrail-leurope-en-train-3

Partager

Les Disparus, Daniel Mendelsohn : 6 Juifs parmi 6 millions exterminés, une enquête familiale minutieuse et colossale pour leur redonner vie

« La lunette de la tragédie grecque nous apprend, entre autres, que la véritable tragédie n’est jamais une confrontation directe entre le Bien et le Mal, mais plutôt, de façon plus exquise et plus douloureuse à la fois, un conflit entre deux conceptions du monde irréconciliables. » Petit-fils d’émigrants, descendant d’une famille de Juifs austro-hongrois ayant vécu pendant trois siècles et demi (1612-1941) dans un shtetl polonais où 99,2% des Juifs ont péri, l’helléniste Daniel Mendelsohn a été bercé toute son enfance d’histoires épiques et de destins tragiques : la traversée vers les Amériques, le mariage arrangé d’une de ses tantes, son décès prématuré, la sœur qui prend le relai, le silence intense de son grand-père – par ailleurs si loquace – concernant la disparition de son frère, de sa belle-sœur et de leurs quatre filles adolescentes. Ceux dont l’histoire aurait dû être racontée. Six Juifs « tués par les nazis », dont la trace se résume à une mention lapidaire au dos d’une photo. Obsédé par la généalogie de sa famille depuis ses treize ans, Daniel Mendelsohn entame un voyage au long cours sur cinq ans, reliant New York, l’Ukraine, l’Australie, Israël, Stockholm, Copenhague, Prague, Vienne, Vilnius, Riga, Minsk…pour récolter auprès des douze derniers survivants de Bolechow, le moindre indice, la plus petite piste lui permettant de reconstituer le déroulé des événements. Comment dans cette province de Galicie de l’empire royal et impérial de la double monarchie d’Autriche-Hongrie, les Ukrainiens ont massacré leurs voisins, piétinant les enfants, les jetant par les fenêtres, déversant une rage qui avait dû s’accumuler depuis des années pour ainsi exploser dans un déchaînement de haine, de folie meurtrière. Quel fut le déclic ? Des 6 000 Juifs de Bolechow, seuls 48 ont survécu. Dénoncés par les voisins, une bonne, cachés par une enseignante dans une trappe creusée dans le sol, défendu par un Polonais fou amoureux de Frydka – qui dans un geste tragico-romantique hurle aux allemands de le fusiller aussi, la fuite de Lorka (l’aînée) dans les montagnes partie rejoindre un groupe de résistants, les versions diffèrent et se contredisent. C’est en se rendant sur place, rencontrant les derniers survivants et les témoins des « Aktions » menées par les Allemands que Daniel Mendelsohn démêlent les fils compliqués du destin de 6 juifs d’Europe de l’Est exterminés. D’une communauté ayant vécu en harmonie avec les Allemands, les Russes, les Polonais et les Ukrainiens. Confronté à l’impossibilité – frustrante – de livrer une histoire cohérente et linéaire – un début, un milieu et une fin – l’auteur soulève la question de la juste place du narrateur en tant qu’observateur extérieur. De la distance physique, temporelle et psychologique. Du conflit inhérent entre raconter « ce qu’il s’est passé » et « le récit de ce qu’il s’est passé ». La tentation de colmater les béances, de broder quand la matière vient à manquer. De privilégier une cohérence d’ensemble, s’éloignant inévitablement de la vérité. À défaut d’embrasser la totalité de leurs vies et le destin des Juifs de Galicie, Daniel Mendelsohn réussit pleinement sa mission en individualisant, distinguant, extrayant d’une masse de 6 millions d’inconnus, 6 individus. Les silhouettes floues, au début, se précisent. La Shoah, vertigineuse dans sa destruction systématique de tout un peuple, son ampleur industrielle, s’incarne dans des trajectoires individuelles ; et, par ce geste même visant à ajuster sa focale sur des destins particuliers, Daniel Mendelsohn ressuscite les membres de sa famille, leur restitue une partie de leur vie, fondue de manière indifférenciée dans celle d’un groupe décimé. Les disparus est une enquête familiale minutieuse d’une ampleur colossale, un travail de fourmi. Fascinante par ses enchevêtrements de fausses pistes, errances, hasards, coïncidences incroyables et découvertes vertigineuses. Un récit érudit, intelligent, puissant et bouleversant, entrecoupé de commentaires de la Torah. Les réflexions rabbiniques sur les textes bibliques éclairant les forces à l’œuvre sous-tendant les comportements : jalousie, rivalités, promiscuité, violence, orgueil… Dans une certaine mesure, le conflit fratricide d’Abel et Caïn offre une clé de lecture de l’Holocauste et, de manière générale, des épurations ethniques et crispations identitaires dans une région. La grande catastrophe n’est-elle pas annoncée entre les lignes du grand déluge et du sauvetage de l’humanité par Noé ? Daniel Mendelsohn prouve une fois pour toutes que la tragédie avant de s’inscrire dans une perspective historique est humaine. Que le sens de l’Histoire est à trouver dans la nature de l’Homme qui la fait, dans des motifs inchangés depuis les débuts de l’humanité et tellement d’actualité. Qu’il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais », mais des gens qui dans un moment critique « choisissent de faire le mal et d’autres de faire le bien, même lorsque, dans les deux cas, ils savent que leur choix va entraîner de terribles sacrifices ». Que le courage et la lâcheté sont le fruit d’un basculement éthique infime, si rapide qu’aucun indice ne permet de l’anticiper. Nos actions étant intrinsèquement liées au lieu, à l’époque, aux circonstances, à l’histoire qui nous a précédés et dont nous incarnons le dernier maillon. Au-delà du devoir de mémoire, Les disparus est un très grand texte qui sonde l’âme humaine et illustre de manière concrète l’échec du slogan « plus jamais ».

Mon appréciation : 5/5

5/5

Date de parution : 2006. Grand format aux Éditions Flammarion, poche chez J’ai Lu, traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Guglielmina, 940 pages.

PRIX MÉDICIS ÉTRANGER 2007 

Article lié

Idées de lecture...

Partager

{Bibliothèque idéale} : mes livres indispensables #1

Du lourd : des écrits des camps, des témoignages édifiants, une enquête familiale au cœur de la Shoah. Ces quatre œuvres littéraires exceptionnelles témoignent d’une réalité qui ne doit jamais être oubliée, à défaut – semblerait-il – de se répéter. Le devoir de mémoire passe par la connaissance de l’histoire, et des textes permettant de l’étayer.

Le moment est toujours bien choisi pour sortir de grands textes de la bibliothèque. 

Croire au travail de mémoire. À la victoire de l’individu sur l’idéologie. Quelle qu’elle soit.

« Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s’exposent à ce qu’elle recommence… » Elie Wiesel 

*** 

Quels grands esprits peuplent votre bibli ?

À lire absolument !

Les disparus, Daniel Mendelsohn

Obsédé par la généalogie de sa famille depuis ses treize ans, Daniel Mendelsohn entame un voyage au long cours sur cinq ans, reliant New York, l’Ukraine, l’Australie, Israël, Stockholm, Copenhague, Prague, Vienne, Vilnius, Riga, Minsk…pour récolter auprès des derniers survivants de Bolechow, le moindre indice sur les 6 membres de sa famille exterminés dans les camps. Une enquête familiale colossale au cœur de la Shoah.

Article sur le même thème

🇺🇸 {Bibliothèque idéale} : 3 chefs-d’œuvre de la #litteratureamericaine #2

Partager

Mon Ántonia, Willa Cather : les pionniers d’Europe de l’Est dans le Midwest américain

« Pour Ántonia et pour moi, cette route avait été celle du destin, nous avait conduits aux premières vicissitudes du sort qui avaient prédéterminé tout ce que nous allions devenir. Désormais, je savais que cette même route allait nous réunir. Quoi que nous eussions manqué, nous avions en commun le passé, précieux, incommunicable. » À bord d’un train filant vers l’Ouest, traversant la grande plaine centrale d’Amérique du Nord, Jimmy, onze ans, orphelin confié à ses grands-parents, rencontre pour la première fois Ántonia Shimerda. Voyageant dans le wagon d’immigrants, la première famille tchèque de la région a laissé derrière elle sa Bohème natale pour le Nebraska, son climat vigoureux, ses étendues d’herbe rouge à perte de vue. Sans-le-sou, les Shimerda atterrissent dans un terrier, s’échinent à défricher la terre, ployant sous le coup d’une vie de labeur, tout en souffrant du mal du pays, de la nostalgie pour le vieux continent. La peau cuivrée par le soleil, Ántonia travaille aux champs, creuse son sillon. L’amitié entre les deux adolescents se distend, se resserre, évoluant au au fil des saisons. Vingt ans plus tard, Jimmy se remémore son Ántonia,« capable de vous couper le souffle d’un simple regard ». Dans un carnet, il retranscrit, au prisme de son amitié, l’histoire des pionniers venus d’Europe de l’Est forcer le destin et qui, affranchis des règles tacites de la bonne société, ont réussi là où les familles américaines engoncées dans leur puritanisme, ont échoué. L’autrice américaine #WillaCather, lauréate en 1923 du prix Pulitzer pour L’un des nôtres, ne signe sans doute pas le grand roman sur la conquête de l’Ouest ; convenu, mièvre, reposant sur une vision idéalisée du quotidien des migrants rendu par un narrateur peu sympathique au jugement sévère à l’égard des étrangers ; mais rend compte de la difficulté pour ses populations de s’intégrer, qu’une volonté extraordinaire a permis de surmonter. L’esprit d’aventure, la ruée vers l’or, des femmes qui tracent leur route en saisissant chaque opportunité, une nature sublimée… Mon Ántonia est un roman d’atmosphère, lent, qui, bien qu’ayant vieilli, procure un doux sentiment d’apaisement.

Mon appréciation : 3/5

3/5

Date de parution : 1918. Format poche aux Éditions Rivages, traduit de l’anglais (États-Unis) par Robert Ruard, 336 pages.

Plus de Prix Pulitzer...

Partager

Le Portrait de mariage, Maggie O’Farrell : la biographie romancée d’une duchesse indomptée dans l’Italie du XVIe siècle

« Lucrèce s’installe à la longue table de dîner […] quand vient à Lucrèce, avec une évidence soudaine – comme si un fragment de verre coloré, devant ses yeux, avait été placé ou peut-être retiré -, la certitude que son époux projette de la tuer. » Portrait d’une jeune fille en feu, la biographie romancée consacrée par Maggie O’Farrell à Lucrèce de Médicis mariée au duc Alfonso à l’âge de quinze ans, confirme le talent éblouissant de l’autrice irlandaise pour combler les blancs de la vie de personnages historiques oubliés. Après s’être attelée à celle du fils de Shakespeare dans Hamnet, Maggie O’Farrell imagine le destin brisé d’une jeune femme indomptable prisonnière d’un mariage avec un homme à deux visages. Tantôt autoritaire, rigidité qu’un léger souffle suffit à craqueler, libérant un flot de colère ; tantôt attentionné. Comme si une violence sourde couvait sous le vernis courtois du descendant d’une des plus illustres familles régnantes d’Italie. Fille de la célèbre « fecundissima » de Florence, Lucrèce est un maillon dans les chaînes du pouvoir. Son pedigree éclaire l’insistance du Duc – pressé de concevoir un héritier pour empêcher que son duché ne passe aux mains des français – à l’épouser, après le décès de sa sœur, emportée par une maladie foudroyante, à laquelle il était fiancé. À mesure que les mois s’égrènent et que ses menstruations reviennent, l’étau se resserre. Alternant deux époques : 1561, dans la forteresse où elle pressent que son époux l’a isolée pour l’assassiner ; et 1544, son enfance solitaire au palais, la narration converge vers le point culminant. La mort suspecte de la duchesse de Ferrare, soupçonnée d’avoir été empoissonnée, sert de matière romanesque à l’imagination fertile de Maggie O’Farrell, qui dessine en creux de cette tragédie annoncée, dans un style baroque, alternance d’ombres et de lumières, de nuances riches et dorées, le portrait d’une héroïne talentueuse, libre et impétueuse, qui jusqu’au bout a lutté dans un combat déloyal face à son mari. Un pur plaisir de lecture !

La beauté de cette couverture, on en parle ? 

Mon appréciation : 4,5/5

 

4.5/5

Date de parution : 2023. Éditions Belfond, traduit de l’anglais (Irlande) par Sarah Tardy, 416 pages.

De la même autrice...

Partager

La jungle, Upton Sinclair : journalisme d’immersion dans les coulisses du capitalisme ou l’échec du modèle néo-classique et l’éveil d’une conscience politique

Publié sur

« Il existe deux sortes de prison : dans l’une, c’est l’homme qui est enfermé, tandis que ce qu’il convoite est à l’extérieur ; dans l’autre, l’homme est laissé en liberté, mais les objets désirés sont, eux, derrière les barreaux. » S’inscrivant dans la tradition américaine du « muckraking » – journalisme d’investigation au début du 20e siècle, qui par le biais d’une longue enquête immersive dénonce dénonce la toute-puissance du Trust de la Viande : corruption des élus, collusion entre la justice, les politiques, la police et la pègre, entente entre les capitaines d’industries…, Upton Sinclair tire de son immersion dans les abattoirs de Chicago un roman flamboyant nous faisant pénétrer dans les coulisses du capitalisme. Laboratoire social où les industriels magouillent, s’entendent sur les prix, pratiquent une division du travail acharnée verticale et horizontale, aliénant les ouvriers et les dépossédant de leur énergie vitale. Broyés entre les mâchoires d’une machine infernale, ils sont recrachés exsangues sur un marché rendu flexible par une armée d’un million de chômeurs qui battent le pavé. Rangs que viennent grossir Jurgis, sa future femme Ona, Elzbieta, Marijá, le vieux Antonas et six enfants. Une famille de paysans émigrés d’Europe de l’Est débarquant sur la terre promise. Des idéalistes ayant troqué dans leur naïveté et leurs rêves de fortune les forêts de Lituanie pour les conserveries de viande Brown and Company. Le chemin de croix de Jurgis illustre étape par étape l’envers du rêve américain. Le combat déloyal de David contre Goliath, de l’ouvrier, pièce substituable d’une mécanique bien huilée, contre les silhouettes floues du pouvoir qui l’exploite. Membre de la gauche socialiste américaine, Upton Sinclair est un écrivain engagé. À l’instar d’Emile Zola – par son style journalistique et naturaliste ultra documenté, racontant la déchéance morale d’un héros courageux plongeant dans l’alcoolisme (L’Assommoir), et de John Steinbeck – des destins brisés, un puissant souffle romanesque qui traverse une fresque épique illustrant mieux que toutes études sociologiques l’échec du modèle néo-classique (Les raisins de la colère), le « muckraker » – remueur de boue – livre une critique cinglante d’une société criminelle ayant reproduit à grande échelle un système d’exploitation de l’homme par l’homme qu’alimente le cycle de l’argent. Ainsi, la masse salariale pressurisée libère du profit redistribué en pots-de-vin par les industriels auprès des politiques qui garantissent leurs intérêts, eux-mêmes le faisant ruisseler à travers les différentes strates de la société : policiers, tenanciers de bars, groupes de pression, faux syndicalistes infiltrés…chargés de diriger les masses incultes vers les urnes. Écrit en 1906, cette superbe démonstration par le roman de comment un système économique violent façonne sur une génération des êtres individualistes dépouillés de leur dignité, frappe par sa modernité et son message humanitaire. Plus d’un siècle après, le système s’est certes complexifié, mais n’a pas fondamentalement changé.

Depuis quatre ans maintenant, Jurgis errait à l’aveuglette en plein désert. Et voilà que, tout à coup, une main l’avait saisi, soulevé et déposé au sommet d’une montagne d’où il découvrait les sentiers où il s’était égaré, les marécages où il s’était enlisé, les tanières des prédateurs qui s’étaient jetés sur lui. Ses tribulations à Packingtown, par exemple, Ostrinski pouvait en expliquer tous les mystères. Jurgis avait toujours considéré les patrons comme une fatalité incontournable. Ostrinski lui montra ce qu’était le Trust de la Viande : une concentration de capitaux qui avait écrasé toute forme d’opposition, avait bafoué les lois du pays et dépouillé le peuple. […] le Trust était l’incarnation d’une Cupidité aveugle et insensée. C’était un monstre dont les mille gueules avides dévoraient tout, dont les mille sabots piétinaient tout. C’était un ogre, l’esprit du Capitalisme fait chair. Sur son navire battant le pavillon noir des pirates, le Trust écumait l’océan du Commerce et avait déclaré la guerre à la civilisation. La corruption était sa pratique quotidienne.


Un roman peut-il changer le monde ?

À sa sortie, La jungle provoque un tollé. Le président Theodore Roosevelt mobilise des experts chargés d’enquêter pour vérifier si les normes sanitaires dans les abattoirs sont respectées. Les faits rapportés de manière romanesque par Upton Sinclair sont confirmés : bouts de viande ramassés à même le sol par pelletés, jambon chimiquement recomposé, travail à la chaîne, mise en danger de la vie des ouvriers, mutilation, accidents du travail, crasse, travailleurs pataugeant dans des mares de sang, réutilisation des viandes avariées en terrines, saucisses. Jusqu’à l’insoutenable : « quand, par exemple, un homme tombait dans une cuve et était transformé en saindoux de luxe ou en engrais supérieurs ». S’ensuivra tout un arsenal de réglementations sanitaires, initié par la création en 1906 de la Food and Drug Administration : agence de protection de la santé publique.


Mon appréciation : 4/5

UPTON SINCLAIR – PRIX PULITZER 1943 POUR LES GRIFFES DU DRAGON

Date de parution : 1906. Format poche au Livre de Poche, traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Jayez, 528 pages.


Plus de Prix Pulitzer…

booksnjoy-prix-pulitzer-litterature-americaine
booksnjoy-prix-pulitzer-litterature-americaine

Le livre à lire absolument

booksnjoy-raisins-colere-john-steinbeck-pulitzer-nobel

& d’autres idées de lecture

booksnjoy-freres-lehman-stefano-massini
booksnjoy-au-bonheur-des-dames-emile-zola
booksnoy - Le bûcher des vanités, Tom Wolfe : New York, ville assiégée {L'Amérique décryptée}

Partager

L’affaire Maurizius, Jakob Wassermann : le combat d’un héros animé d’un idéal de justice pure (#ClassicBooks)

« Le bien et le mal ne se déterminent pas dans les rapports des hommes entre eux, mais uniquement dans les rapports de l’homme avec lui-même. » Sur le chemin de l’éveil à la conscience morale du jeune Etzel, seize ans, se dresse son père le procureur Andergast. Homme austère au jugement sévère, observant scrupuleusement la loi ; qui en cela, n’hésita pas à punir son ex-femme coupable d’adultère en lui retirant ses droits de mère. En interceptant un courrier, Etzel découvre que l’affaire qui a fait décoller la carrière de son père repose sur une erreur judiciaire. Dix-huit ans auparavant, à Berlin en 1905, ce censeur froid aussi figé qu’un intérieur bourgeois a participé – comme le rouage d’une machine infernale – à la condamnation de Leonard Maurizius pour le meurtre par balle de sa femme. À mesure que son enquête avance, plongeant dans les méandres de l’âme humaine et les ramifications complexes qui relient les acteurs du drame, Etzel se convainc de l’innocence d’un homme qui n’a eu de cesse de la clamer. Poussé à son paroxysme, le huis clos amoureux sur fond de rivalité entre sœurs attisée par un homme peu scrupuleux, prend des allures de tragédie grecque. Des mobiles, à l’époque écartés ou inexplorés, dans un souci d’efficacité, émergent. De ce face-à-face générationnel, ce sont deux conceptions du monde qui entrent en collision : l’idée d’une justice pure jusqu’au déroulement de la procédure pour Etzel, prenant en compte le facteur humain, ses doutes inhérents ; au risque de s’avilir en l’écartant et de conduire aux pires atrocités sous l’autorité d’une justice despotique rendue par des fonctionnaires exécutant imperturbablement leurs tâches sans interroger leur légitimité. Dans cette quête de vérité, Etzel est un héros merveilleux, un idéaliste acharné, refusant tout compromis, préservant en lui l’idée que la pureté intellectuelle peut résister au monde réel. Que l’Homme n’avilit pas tout ce qu’il touche. Écrivain allemand dont l’œuvre fut brulée par les nazis, Jakob Wassermann s’est inspiré d’une fameuse erreur judiciaire pour en faire un roman d’apprentissage puissant, porté par une écriture dense, exigeante, labourant les thèmes inchangés de tous les grands romans : la pureté de l’âme humaine confrontée à un dilemme moral, le devoir filial, le souci de justice et d’équité. Quel Homme est-on lorsqu’on accepte de transiger sur les valeurs qui fondent notre dignité ? Au centre du labyrinthe narratif que chaque question soulevée contribue à nous rapprocher, se pose celle du bien-fondé d’une justice rendue par des hommes sur d’autres hommes : […] « d’un recoin ignoré, des faits surgissent ou se révèlent dignes d’attention ; mais si l’on s’y était arrêté jadis, ils auraient fait d’un cas juridique un problème humain et que faire d’un problème humain ? Ni l’État ni la loi ne fournissent les moyens de le traiter. »


Qui est Jakob Wassermann ?

Jakob Wassermann fut l’un des plus grands écrivains allemands du XXe siècle. Son œuvre, victime des autodafés nazies, a sombré depuis dans l’oubli. Et pourtant, dans une langue exigeante et dense, un style classique, ce grand romancier qui a cru en la coexistence de sa double identité juive et allemande – détrompé par l’Histoire, fait preuve d’une profondeur psychologique éblouissante. L’affaire Maurizius est un roman d’apprentissage qui monte en tension jusqu’à une scène finale magistrale, climax de cette lutte entre le bien et le mal, conscience morale vs injustice, doublé d’un portait angoissant d’une société allemande malade. Jakob Wassermann fait preuve d’une grande clairvoyance dans sa perception du malaise identitaire croissant. Prémices de la montée du nazisme.


Auteurs proches

Fiodor Dostoïevski
Franz Kafka
Stefan Zweig
Honoré de Balzac
Joseph Roth
Arthur Schnitzler

Un romancier visionnaire, d’une lucidité implacable sur son époque et la société allemande de l’entre-deux-guerres

L’affaire Maurizius a été écrit en 1928 en Allemagne – pour rappel Hitler est nommé chancelier du Reich le 30 janvier 1933, en pleine montée du nazisme. Jakob Wassermann fait état d’une société malade dès le début du siècle, dont les institutions corrompues recherchent l’efficacité, non la justice, la vérité et le respect des droits humains.

Nous n’avons pas de peuple, de peuple constituant le corps de la nation et, par suite, ce que nous appelons démocratie se réduit à une collectivité amorphe qui ne peut s’organiser ni s’élever judicieusement, et qui étouffe tout idéalisme. Peut-être nous faudrait-il un César. Mais d’où viendra-t-il ? Il faut redouter le chaos qui seul peut le faire surgir. À ce moment-là, ce que les meilleurs peuvent faire de mieux, c’est de commenter le tremblement de terre.

La déliquescence des institutions allemandes reflète l’esseulement de l’âme allemande après la défaite de la Première Guerre mondiale, d’une fracture identitaire qui ne cesse de se creuser et d’isoler les minorités au sein de la société. Ce climat de tension extrême est rendu par un profond malaise. Le procureur Andergast, homme de loi entièrement dédié à son métier, fier de sa mission, conférant aux instances judiciaires les plus hautes responsabilités, voit sa foi péricliter sous le coup de sa culpabilité. Tout son échafaudage s’effondre. Que reste-t-il à celui qui comprend que le monde dans lequel il occupait une place qui l’enorgueillissait est corrompu ? Qu’est-ce que cela dit de lui ? Il ne s’agit plus d’un échec isolé, mais celui de toute une vie.

Il y a quelques années encore on pouvait se consoler et se dire : ici, c’est un cas isolé, là, c’en est un autre ; on en prend son parti, on le peut lorsqu’il ne s’agit que de cas isolés, mais aujourd’hui l’ébranlement menace l’œuvre tout entière que nous avons mis deux mille ans à édifier. Un désir de destruction profond et morbide se manifeste dans les rangs de ceux qui vibrent devant les grands problèmes. Si l’on ne peut y remédier (et j’ai peur qu’il ne soit déjà trop tard) il faut s’attendre d’ici cinquante ans à un cataclysme effroyable qui dépassera en horreur toutes les guerres et toutes les révolutions que vous avons vues jusqu’ici. Il est étrange que la destruction émane souvent de ceux-là mêmes qui se croient les gardiens des biens considérés comme les plus sacrés. Il est clair qu’il en est de même dans votre cas dans votre désaccord avec votre père.


Conflit générationnel & idéologique : l’idéal de justice pure, se rapportant aux hommes, est-elle une abstraction par nature ?

Renonce à l’idée que la justice pure et celle des tribunaux sont et doivent être une seule et même chose. C’est impossible, cela dépasse les possibilités humaines et terrestres. Il y a entre elles le même rapport qu’entre les symboles de la foi et les pratiques de la religion. Un symbole ne peut pas te faire vivre.

Procureur Andergast, Père

Non, il ne l’accepte pas. L’homme possède un droit primordial, né dans son cœur en même temps que lui. Chacun a droit à sa part de justice comme il a droit à sa part de l’air que nous respirons, si on la lui enlève, son âme étouffe fatalement.

[…]

Il n’accepte pas tout cela. Il le rejette. Plutôt ne pas vivre. Plutôt voir le monde mis en pièces que tombé dans un tel avilissement.

Réponse d’Etzel, Fils

Etzel est un héros sensible et tourmenté, auquel je me suis complètement identifiée, animé par un idéalisme magnifique. Un humanisme qui n’est pas sans rappelé celui de Yakov Bok, héros de L’homme de Kiev de Bernard Malamud. On assiste au fil des romans à l’éveil de leur conscience morale, à leur combat acharné pour qu’elle ne s’émousse au contact du monde extérieur. Les deux personnages doivent faire face à une justice arbitraire, une machine infernale broyant tout sur son passage. À l’absurdité d’un système tourné vers l’efficacité, le déroulé impeccable d’un faisceau de présomptions, l’articulation logique des témoignages, mobiles, preuves, quitte à déformer les faits pour mieux les adapter à l’objectif visé.

Ne vous laissez jamais conter, Mohl, qu’un homme dans des circonstances données n’aurait pu agir autrement qu’il l’a fait : c’est faux. La question est de savoir jusqu’où il faudrait remonter pour trouver le point où son libre arbitre était encore entier.


Mon appréciation : 4/5

Date de parution : 1928. Poche aux Éditions Archipoche, traduit de l’allemand par Jean-Gabriel Guideau et Jean Guiloineau, postface d’Henry Miller, 624 pages.


Idées de lecture…

homme-kiev-bernard-malamud-prix-pulitzer-1967
les-enfants-oppermann-lion-feuchtwanger
booksnjoy-famille-karnovski-israel-joshua-singer

Partager

Veiller sur elle, Jean-Baptiste Andrea : une belle histoire d’amitié dans l’Italie fasciste de Mussolini (#RL2023)

« Tu sauras que tu es sur le bon chemin, Mimo, quand tout le monde te dira le contraire.
– Je préférerais plaire à tout le monde.
– Bien sûr. C’est pour ça qu’aujourd’hui tu n’es rien. »
À peine sorti du ventre de sa mère, Michelangelo Vitaliani, dit Mimo, présente un problème de taille, un « piccolo problema ». Atteint d’achondroplasie, Mimo devra capitaliser sur son talent et la rage de vaincre, propre à ceux que le destin a lésés pour compenser son infirmité. Orphelin de père, Mimo est confié à un homme rustre, qui lui enseignera les rudiments de la sculpture sur marbre dans son atelier de Pietra d’Alba. Un petit village au pied des Alpes, dans la région du Piémont au Nord de l’Italie, où vit l’illustre famille Orsini. Au détour d’un chantier, le jeune apprenti rencontre leur fille Viola. Tempérament incandescent, silhouette androgyne, yeux sérieux, qu’un éclair vif traverse, trahissant une compréhension fine des contraintes que son sexe lui imposera toute sa vie. Son intelligence ne pouvant éclater, Viola éprouve sa liberté autrement. Se construit en cachette, prenant au pied de la lettre son désir de s’élever en se jetant sous les yeux d’un public médusé du toit de la villa le soir de ses fiançailles avec le rejeton d’une famille fortunée. En Mimo, elle reconnaît son alter ego. Comme elle, il connaît cette sensation d’empêchement. Un quotidien à manœuvrer serré entre sa conscience et les revirements historiques d’une société catholique, patriarcale et machiste. Leur amitié sera mise à l’épreuve de deux guerres mondiales, de l’ambition de Mino – génie artistique au service d’un régime fasciste – et des rêves brisés de Viola coincée entre les mondanités de sa mère et les ambitions militaires et ecclésiastiques de ses frères. Enlisés dans des rôles de composition, c’est chez l’autre qu’ils puiseront la force de résister et le courage de se révolter. Jean-Baptiste Andrea tisse une belle histoire d’amitié au souffle romanesque, faisant traverser au lecteur les années noires de l’Italie de Mussolini à travers l’ascension d’un sculpteur de génie et celle empêchée d’une femme aspirant sa vie durant à s’extraire des limites de sa féminité.


Mon appréciation : 3,5/5

PRIX DU ROMAN FNAC 2023

Date de parution : 2023. Grand format aux Éditions de L’Iconoclaste, 592 pages.


Idées de lecture…

booksnjoy - ma reine - jean-baptiste andrea
booksnjoy-luca-di-fulvio-gang-des-reves-new-york
booksnjoy-livres-a-lire-au-moins-une-fois-dans-sa-vie-lombre-du-vent-carlos-ruiz-zafon-livre-culte

Partager

L’un des nôtres, Willa Cather : la quête d’un héros sensible des grands espaces américains à la guerre des tranchées {Prix Pulitzer 1923}

« À l’intérieur des vivants aussi, languissaient des captifs. Oui, en vérité, à l’intérieur de gens qui marchaient et travaillaient en plein soleil, des captifs vivaient dans les ténèbres – et jamais on ne les voyait, de l’heure de leur naissance à celle de leur trépas. […] Et ces enfants de la lune, avec leurs désirs insatisfaits et leurs rêves futiles constituaient une race plus belle que celles des enfants du soleil. » Au cœur de la région des Grandes Plaines, dans le Nebraska autrefois peuplé par les Indiens et les bisons, Claude Wheeler, hérite de la ferme familiale. Pour ces anciens colons taiseux, l’amour filial s’exprime par des attentions et la sensibilité est une marque de vulnérabilité. À force de compromis, Claude ; le fils différent, en décalage avec son entourage et cette Amérique rurale puritaine où l’on fait peu cas des désirs contrariés ; tente de se couler dans la vie qu’on lui a tracée. Au risque de se renier. « Il faisait ainsi tort à quelque chose en lui-même. » Le poids dans sa poitrine grossit, ses pensées le tourmentent. Il étouffe à la perspective d’un avenir rétréci. Une existence à trimer du lever au coucher du soleil, à retourner la terre, jusqu’à être enseveli sous cette dernière. Mourir à petit feu, alors qu’il le sent, sa place est de l’autre côté de l’océan. L’Histoire lui offre l’opportunité d’un nouveau départ : se porter volontaire pour combattre aux côtés des Alliés sur le Vieux Continent. Avoir le courage, enfin, de rompre avec une vie faite de compromis dans laquelle il se sent étriqué. Encore faut-il que la Grande Guerre et l’horreur des tranchées ne douchent pas ses espoirs en la nature humaine. Récompensé par le prix Pulitzer, L’un des nôtres de l’autrice américaine Willa Cather est un roman d’apprentissage déchirant, qui suit le cheminement d’un héros sensible et complexe tentant de trouver sa place dans la société. Un de ces êtres profondément attachants qu’un halo lumineux semble protéger des désillusions de la réalité. En creux de ses tâtonnements, ses tentatives de s’élever et sa foi inaltérée en la beauté, c’est toute la richesse d’un monde non manichéen à préserver qui nous est révélée.


Mon appréciation : 4/5

PRIX PULITZER 1923

Date de parution : 1922. Format poche aux Éditions Rivages, traduit de l’anglais (États-Unis) par Marc Chénetier, 528 pages.


Plus de Prix Pulitzer…

booksnjoy-prix-pulitzer-litterature-americaine
booksnjoy-prix-pulitzer-litterature-americaine
homme-kiev-bernard-malamud-prix-pulitzer-1967
booksnjoy-raisins-colere-john-steinbeck-pulitzer-nobel
booksnjoy-lonesome-dove-larry-mcmurtry-western-livre-ete

Partager